La France et le Rwanda rétablissent leurs relations diplomatiques

Publié le par Syndicat CFTC du CHSA

La France et le Rwanda ont décidé de "rétablir leurs relations diplomatiques", a annoncé, dimanche 29 novembre, la présidence française dans un communiqué.

Kigali avait rompu ses relations diplomatiques avec Paris fin 2006, après l'émission de mandats d'arrêt par le juge anti-terroriste Jean-Louis Bruguière, qui visaient des proches du président Paul Kagamé. Ceux-ci étaient soupçonnés d'avoir pris part, en 1994, à l'attentat contre l'avion du président d'alors, Juvénal Habyarimana. Cet attentat est considéré comme l'élément déclencheur du génocide rwandais, qui a fait, selon l'ONU, plus de 800 000 morts essentiellement dans la minorité tutsi.

Les relations entre les deux pays étaient en fait très tendues depuis 1994, les autorités de Kigali issues de l'ex-rébellion du Front patriotique rwandais (FPR) à majorité tutsi accusant Paris d'avoir aidé les génocidaires hutu alors au pouvoir, ce que la France a toujours démenti.

L'élection de Nicolas Sarkozy, en 2007, et plus généralement le renouvellement du personnel dans les milieux dirigeants français avaient cependant permis d'espérer ces derniers mois une embellie dans les relations bilatérales. "Pour nous, c'est une excellente nouvelle", a commenté la porte-parole du gouvernement rwandais, Mme Mushikiwabo.

Dans un communiqué, l'Elysée indique que le secrétaire général de la présidence, Claude Guéant, s'est "rendu ce dimanche à Kigali où il a eu des entretiens avec le président de la République du Rwanda, Paul Kagamé". "A l'issue de ces entretiens, le président de la République française et son homologue rwandais sont convenus de rétablir les relations diplomatiques entre les deux pays", conclut le communiqué de l'Elysée.

ADHÉSION AU COMMONWEALTH

Cette annonce intervient alors que le Rwanda, pays africain de tradition francophone, a adhéré au Commonwealth. Les deux événements, a priori sans lien direct, ont scandé une journée diplomatique sans précédent pour ce petit pays enclavé d'Afrique centrale, peuplé d'un peu moins de 9 millions d'habitants.

En même temps qu'il normalise ses relations avec Paris, Kigali confirme sa volonté d'un ancrage renforcé au sein du monde anglophone, en obtenant son accession au Commonwealth, qui réunit les Etats issus de l'ancien empire colonial britannique. Le Rwanda est le deuxième pays, après le Mozambique, à rejoindre l'organisation placée sous l'autorité de la reine d'Angleterre Elizabeth II sans avoir jamais été colonie britannique ni entretenir de lien constitutionnel avec la couronne.

Au Rwanda, l'anglais a déjà rejoint en 2003 le kinyarwanda et le français comme langue officielle, et il a même supplanté le français l'an dernier comme langue d'enseignement public.

Commenter cet article